Boutique de la Statue Religieuse Chrétienne

LA BOUTIQUE DE LA STATUE RELIGIEUSE CHRÉTIENNE

Saint Benoit Saint Zacharie et Benoît VIII

Saint Benoît et Saint Zacharie

A priori nous pouvons désormais affirmer que tout document postérieur au commencement du VIIIe siècle qui contredirait l'ensemble des témoignages réunis par nous en faveur de la translation du corps de saint Benoît en France, devrait par là même être répudié comme apocryphe.

Sans avoir toutes les données que nous possédons, Philippe Jaffé est arrivé à la même conclusion pratique dans ses Regesta Pontificum Romanorum. On sait de quelle autorité jouissent aux yeux de la science moderne les appréciations, sous ce rapport, de l'éminent critique allemand. Or il a relégué parmi les pièces apocryphes les bulles alléguées par les Cassinésiens à l'encontre de la tradition française. Cette censure générale constitue, on l'avouera, ; un préjugé fort grave contre l'authenticité de ces documents.

Mais, puisqu'on a revoqué en doute la légitimité de cette sentence, nous allons en démontrer la parfaite justesse.

Les Cassinésiens nous opposent le témoignage de quatre Bulles pontifiçales : une de saint Zacharie, une autre de Benoît VIII (1), une

 

(1) Elle a été publiée par Loreto en 1515, par Margarini dans le tome 1er du Bullarium Cassinense , et de nos jours par D. Tosti et par S.E. le cardinal Bartolini.

 

 

153

 

troisième d'Alexandre II, et la dernière d'Urbain II. Étudions-les avec toute l'impartialité de la critique.

Celle de saint Zacharie 1er est censée écrite du mois de janvier et datée du mois de mars 742, la première année de son pontificat (1).

 

(1) Zacharias papa episcopus, servus servorum Dei, omnibus Ecclesie catholice filiis salutem et apostolicam benedictionem. Omnipetenti Deo, cujus melior est misericordia super vitas, gratias agimus...

Ipse quippe dignationis sue potentia beatissimum Benedictum, Patrem omniumi constituit monachorum.Ipse cum monastice legis latorem et operatorem esse disposnit. Ipse illius meritis Casinense monasterium, in quo et sanctissime vixit et gloriotissime obiit, omnibus per totum orbem monasteriis clementi benignitate prefecit . Qui pater sanctissimus, dum vitam eremiticam duceret, divina revelatione monitus, ad eumdum locum pervenit, duobus se angelis comitantibus, cum beatissimo Mauro ac Placido Tertullii patricii filio aliisque nonnullis. Ubi templa idolorum destruens, monasteriumque construens, apostolicis illum decoravit virtutibus Interque dum ei revelatum fuisset quod supradictus locus esset destruendus, et ob id inconsolabilier fleret,omnipotentis Dei ad sevocem audivit dicentem : « Noli, probatissime ac electissime Benedicte, pro his que huic eventura didicisti loco, mestum gerere animum; quoniam quod semel a Deo prefixum est, immutabile atque irrevocabile est; solis tibi tuo merito concessis habitantium in loco animabus. Sed aderit omnipotentis consolatio Dei, que locum istum in ampliorem et mutlo meliorem quam nunc est restituet gradum, et hujus Ordinis doctrina de hoc iterum per totum, orbem radiabit loco. » Quod post ejusdem Patris obitum consumatum est. Nam a Langobardis pervasum et igne crematum est. Fratres autem ad Apostolicam Sedem venientes, ex concessione sancti predecessoris nostri Pelagii, juxta Lateramense palatium monasterium construxerunt, atque per prolixum tempus habitaverunt. Sed cum jam omnipotens Deus censuisset Casinense cenobium restaurare ; ac cenobialem institutionem, que indeprincipium sumpserat, ex eodem loco propagare, a Reverendissimo Gregorio tertio predecessore nostro Petronax dilectus filius noster est ad restaurandum directus. Qui dum ad eumdem locum venisset, communis Pater noster Gregorius ex hoc mundo migravit. Sed (sic) post ejus exeessum, in Sede apostolica cum partitas nostra successisset, opus ab illo ceptum in restauratione ejusdem cenobii, adjuvante Domino, ad finem usque perduximus. Hec autem, eo die quo sanctissimi Patris ecclesiam dedicavimus, parvitas nostra obtulit, libros scilicet sancte Scripture et librum Regule, quam sanctissimus Pater manu propria scripserat, pondus etiam libre panis et mensuram vini, necnon diversa ad ecclesiasticum ministerium ornamenta et possessiones apostolica liberalitate concessimus. Qualiter autem ejusdem Patris pignora sororisque ejus sint posita perspicientes ac intemerata invenientes, pro reverentia tanti Patris tangere minime ausi sumus. In dedicatione vero ejusdem (ecclesie) dum illuc una cum tredecimarchiepiscopis et sexaginta octo episcopis adessem, idem dilectissimus filius noster postulare cepit, quatenus possessiones que eidem monasterio oblata sunt a quibusque fidelibus per nostrum privilegium roboraremus. ILLORUM desideriis utpote amabilium annuentes, hec per presens privilegium, que a nobis aliisque fidelibus concessa sunt in eodem loco in perpetuum corroboramus ; ecclesias quas sanctus Pater Benedictusconsiruxer at, una cumomnibus pertinenciis suis, castrum Casinum cum pertinentiis suis, necnon decem et octo curies quas Tertullus patricius una cum Placido filio suo Beato Benedicto obtulit cum servis septem millibus et portu Panormitano et Messano...... Concedimus etiam VOBIS atque in perpetuum confirmamus et corroboramus cuncta , in circuitu tam campestria quam montana que dilectus filius noster Gisulfus Beneventanorum dux in perpetuum eidem monasterio concessit..... Praeterea corroboramus ac in perpetuum confirmamus eidem dilecto filio ejusque successoribus, in omni conventu episcoporum et principum superiorem universis abbatibus sedem, et in consiliis (conciliis) et judicii priorem sui Ordinis hominibus sedere, sententiam proferre, pro reverentia tanti loci, qui

 

154

 

En voici les principaux passages, relatifs à la question en litige.

Zacharie pape, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, à tous les enfants de l'Eglise catholique, salut et bénédiction apostolique.

Nous rendons grâces à Dieu tout-puissant, dont la miséricorde est préférable aux plus douces vies.... En effet, il a daigné dans sa puissance établir le Bienheureux Benoît Père de tous les moines, l'ayant disposé (par sa grâce) à être le législateur et l'organisateur de l'institut monastique. Par cette même Providence et les mérites du même Bienheureux, le monastère du Cassin, où celui-ci a vécu si saintement et est mort si glorieusement, est devenu le chef de tous les monastères dans le monde entier. Ce très saint Père menait encore la vie érémitique lorsque, averti par une révelation divine, il parvint en ce lieu accompagné de deux anges, avec les bienheureux Maur et Placide, fils du patrice Tertullus et quelques autres. Là, après avoir détruit les temples des idoles et construit un monastère, il décora ce lieu de vertus apostoliques. Cependant, ayant eu révélation que ce même lieu

 

primum et summum monastice legis latorem vivum et moctuum in perpetuum retinere promeruit quique ipstus legis lalionem in eodem Casinensi cenobio scribens, verbo et exemplo cenobitale propositum appetentibus in toto mundo sole clarius evibravit. Pro quo Casinense cenobium exaltantes, decernimus ac in perpetuum confirmamus, ut supradictus locus dignitate, vigore ac honorificentia precellat omnia monasteria que consructa vel construenda sunt in toto orbe terrarum, abbasque ejusdem loci celsior ac celebrior existat omnibus abbatibus eamdem Regulam tenentibus. Illicque lex monastici Ordinis caput teneat ac principatum, ubi ejusdem legis descriptor Benedictus Pater sanctissimus eamdem describens promulgavit Regulam; abique abbates et monachi honorem ac reverentiam deferant, et ibi usque ad diem judicii querant doctorem, ubi monachorum universalis magister et doctor Benedictus Pater almificus, corporaliter una cum sorore sua quiescens, gloriose resurrectionis diem expectat. Defuncto autem abbate, etc.... Insuper autem presenti privilegio supradictum locum una cum omnibus sibi pertinentibus ecclesiis et possessionibus per totum orbem roboramus atque ut nullius alterius Ecclesiae nisi Romani Pontificis dicionibus summittatur, auctoritate apostolica interdicimus.lta ut nisi ab abbate vel a preposito fuerit invitatus, missarum solemnitatem nullus episcopus celebrare presumat in eisdem possessionibus. Quod a presenti prima indictione irrevocabiliter in perpetuum stabilimus retinendum (anathèmes très longs). Promulgantes hoc auctoritate Petri Apostotorum principis etc.... Concessimus etiam hoc apostolico privilegio, ut pro oblatione vel ordinatione presbyterorum, diaconorum, subdiaconoram et attarium consecratione, chrisme que acceptione in quibuslibet ejusdem monasteria possessionibus quemcumque voluerint episcopum invitandum, etc.... Scriptum per manum Leonis notarii et regionarii atque scrinarii CARISSIME Romane Ecclesie in mense januario PER indictionem supradictum primam. Datarum duodecimo Calendarum (sic) Marciarum Aquini per manum Benedicti episcopi sancte Silve Candide Ecclesie, et Bibliotecarii sancte Sedis Apostolice, anno, Deo propitio, Pontificatus domini nostri Zacarie summi Pontificis et universalis Pape in sacratissima Sede beati Petri Aposioli primo,in mense marlio, Indictione suprascripta prima. »

 

 

155

 

serait détruit, et à cause de cela versant des larmes inconsolables, il entendit la voix de Dieu tout-puissant qui lui disait : «O Benoît, rempli de grâces et de mérites, ne livre pas ton âme à la tristesse à cause des malheurs que tu as appris devoir arriver à ce lieu, car ce que Dieu a une fois déterminé est immuable et irrévocable; seules les vies de ceux qui habiteront en ce lieu t'ont été concédées, grâce à ton mérite. Mais viendra un jour la consolation de Dieu tout-puissant qui rétablira ce lieu dans un état plus ample et de beaucoup meilleur que celui où il est actuellement, et la doctrine de cet ORDRE rayonnera de ce lieu dans le monde entier. »

Ce qui fut consommé après la mort du même Bienheureux Père.

En effet, il (le monastère) fut envahi et incendié par les Lombards. Mais les Frères, venant (se réfugier) auprès du Siège Apostolique, par concession de notre saint prédécesseur Pelage, construisirent un monastère près du palais de Latran et y habitèrent pendant longtemps. Mais Dieu tout-puissant ayant résolu de restaurer le monastère du Cassin, et de propager de ce lieu l'institut cénobitique qui y avait pris sa source, notre cher fils Petronax y fut envoyé par notre prédécesseur le Révérendissime Grégoire III. Petronax étant venu audit lieu, notre commun Père Grégoire fut enlevé de ce monde. Mais, après son trépas, lorsque notre petitesse eut succédé (à ce pontife), 1'œuvrepar lui commencée de la restauration du même monastère fut, grâces à Dieu, menée à bonne fin. Or le jour où nous avons consacré l'église du très saint Père (Benoit), notre petitesse offrit ces choses, à savoir les livres de la sainte Écriture et le livre de la Règle que le très saint Père avait écrit de sa propre main, et de plus le poids de la livre de pain et la mesure de vin, aini que divers ornements utiles au ministère ecclésiastique; et avec une libéralité toute apostolique nous avons concédé des possessions (audit monastère).

D'autre part (auteur), voyant comment étaient posés les restes du même Père et de sa soeur, et les trouvant intacts, par respect d'un tel Père, nous n'avons pas osé y toucher.

A la dédicace de la même église à laquelle j'assistais (adessem), avec treize archevêques et soixante-huit évêques, le même (Petronax) notre très cher fils se prit à demander que nous confirmassions par notre privilège les possessions offertes au même monastère par tous les fidèles sans

 

156

 

exception. Cédant aux désirs de ces (évêques ?) qui sont dignes de notre affection, nous confirmons à perpétuité par le présent privilège ce qui a été concédé dans le même lieu par nous et par les autres fidèles :les églises que saint Benoît avait construites avec toutes leurs dépendances, le castrum du Cassin avec ses dépendances, le monastère de Subiaco avec ses dépendances, et les dix-huit curtes que le patrice Tertullus avec son fils Placide offrit au Bienheureux Benoît avec sept mille esclaves, et le port de Palerme et celui de Messine, etc.... (1)

Nous vous concédons également et confirmons à perpétuité et corroborons tous les biens aux environs, soit dans la plaine, soit sur les montagnes, que notre cher fils Gisulfe, duc de Bénévent, a concédé à perpétuité au même monastère...... (2)

En outre, nous corroborons et confirmons à perpétuité au même cher fils et à ses successeurs de (tenir), dans toute assemblée d'évêques et de princes une place supérieure à tous les abbés, et de siéger et de proférer son jugement le premier parmi les hommes de son Ordre, dans les conciles et les plaids, en considération du respect dû à un tel lieu, qui a mérité de posséder à jamais, vivant et mort, le législateur de la Règle monastique, lequel (3), après avoir écrit et promulgué sa Règle dans ce même monastère du Cassin, devint, par la parole et par l'exemple, une lumière plus éclatante que le soleil pour ceux qui, dans le monde entier, veulent embrasser la vie cénobitique.

Pour tous ces motifs, voulant exalter le monastère Cassinésïen, nous décrétons et confirmons à perpétuité que le susdit lieu aura en dignité, puissance et honneur la préseance sur tous les monastères construits ou à construire dans tout l'univers, et que l'abbé du même lieu surpasse en élévation et en illustration tous les abbés observant la même Règle. Que la loi de l'Ordre monastique ait chef et principat là où le rédacteur de la même loi, le très saint Père Benoît écrivant ladite Règle, l'a promulguée. Que là aussi les

 

(1) Suit ici l'énumération de domaines, parmi lesquels il importe de remarquer : « Curtem de terrilorio Gentiane cum pertinentiis suis, necnon et portum Traiectensem et Vulturnensem et totam piscariam de civitate Lisina una cum ecclesia sancti Focati, aliisque ecclesiis ibi vobis pertinentibus. »

(2) Suit la longue énumération des divers points de repère indiquant les limites de la donation de Gisulfe. Cette énumération se termine ainsi: « Una cum omnibus castellis, vicis, domibus, ecclesiis, molendinis et aquis caeterisqueomnibus que intra predictos fines habentur.

(3) Nous ne tenons pas compte ici de l'incorrection du texte; nous en parlerons tout à l'heure.

 

 

157

 

abbés et les moines rendent honneur et révérence à saint Benoît, et que, jusqu'au jour du jugement, ils cherchent le docteur (??) là où l'universel maître et docteur des moines, le glorieux Père Benoît, reposant corporellementavec sa soeur, attend le jour de la résurrection.

Après la mort de l'abbé, etc....

De plus, par le présent privilège nous confirmons le susdit lieu avec toutes les églises et possessions lui appartenant dans le monde entier, et par autorité apostolique nous défendons qu'il soit soumis à la juridiction d'une Église autre que le Pontife romain ; en sorte que nul évêque n'ait la présomption de célébrer dans les dites possessions, à moins qu'il n'ait été invité par l'abbé ou le prévôt : privilège que nous décrétons devoir être irrévocablement en vigueur à partir de la présente première indiction, etc..... (Ici très longs anathèmes), le promulguant par l'autorité du Prince des Apôtres, etc.... Nous avons également concédé par ce (présent) privilège apostolique, que, pour l'oblation ou l'ordination des prêtres, diacres et sous-diacres, la consécration des autels et la consécration du chréme, ils (les moines?) puissent inviter, dans toutes les dépendances dudit monastère, l'évêque qu'il leur plaira de choisir, etc...

............................................................................................

 

Écrit par la main de Léon, notaire et regionnaire et scriniaire de la TRÈS CHÈRE Église Romaine, au mois de janvier, pendant l'indiction première susdite. Donné LE DOUZIÈME DES CALENDES DE MARS, Aquin, par la main de Benoît, évêque de l'Eglise Selva Candida, et bibliothécaire du Saint Siège apostolique, l'an premier, Dieu étant propice, du pontificat de notre seigneur Zacharie, Souverain Pontife et pape universel par le Siège du bienheureux apôtre Pierre, AU MOIS DE MARS, Indiction première susdite. »

On conservait à lavérité, au Mont-Cassin, vers lafin du XIe siècle, une bulle du pape Zacharie concédant à cette abbaye de grands privilèges. Du moins l'auteur de la Chronique du Mont-Cassin en résume les dispositions en ces termes (1) : « Le susdit abbé (Petronax) fut le premier à recevoir de ce très saint pape (Zacharie) un privilège d'après lequel ce monastère, avec toutes ses dépendances construites, dans n'importe quelle partie du monde,

 

(1) Leon. Marsican. Chronic. Cassin., I, 4 : « Ab hoc etiam sanctissimo Papa praedictus abbas privilegium primus accepit, ut hoc monasterium cum omnibus sibi pertinentibus cellis, ubicumque terrarum constructis, ob honorem ac reverentiam sanctissimi Patris Benedicti, ab omnium episcoporum dicione sit omnimodis liberum ; ita ut nullius juri subjaceat nisi solius Romani Pontificis. »

 

158

 

est déclaré libre de toute juridiction épiscopale, par honneur, et révérence du très saint Père Benoît ; de telle sorte qu'il ne soit soumis à l'autorité d'aucun autre que du Pontife romain. »

Encore que, même après les savantes recherches de Wattembach, il y aurait lieu d'examiner de plus près la part qu'a prise Pierre Diacre dans la rédaction définitive de la Chronique de Léon d'Ostie, nous ne contesterons pas l'existence de cette bulle.

Il en ressort que, au moment où il a été écrit, le privilège de Zacharie ne contenait pas la mention des donations faites par ce Pape au Mont-Cassin, mais uniquement celle de l'exemption de la juridiction épiscopale. En effet, immédiatement avant le passage qu'on vient de lire, le chroniqueur venait de faire l'énumération des dons du saint pontife tels qu'ils sont contenus dans Paul Diacre (1), et, après cette énumération, il ajoutait: « De ce même pape l'abbé Petronax reçut encore un privilège, etc. » Donc ce privilège était, de son temps, distinct de la dite donation. Donc la bulle actuelle, qui contient cette donation, a été tout au moins interpolée sur ce point.

D'autre part, Paul Diacre, qui nous a fait connaltre avec tant de complaisance tous les dons offerts par le même pape, se tait sur ce privilège. Ce silence est significatif et forme une forte présomption contre son authenticité.

Afin d'éclaircir ce point délicat, recueillons les aveux d'un savant Napolitain moderne, Carlo Troya, qui s'est constitué le défenseur de la bulle, même dans sa forme actuelle.

Selon lui, l'original de cette bulle n'existait plus en 1231, lorsque les moines du Mont-Cassin en obtinrent là confirmation du pape Grégoire IX. Il avait péri dans l'incendie des archives du Mont-Cassin, soit en 883, lors de la destruction de l'abbaye par les Sarrasins, soit en 896 dans le désastre plus complet encore qu'eurent à subir, à Teano, les religieux échappés au premier incendie (2). Après ce double accident, toujours selon Troya (3),

 

(1) Cf. Paul. Diac. Histor. Langob., VI, 40, et Leon. Marcic. loc. cit.

(2) Leon Marsic., loc. cit., I, 44, 48.

(3) Tropa, Storia d'Italia Diplomat. Longobard. vol. IV, part. IV, p. 302 : « Ma la Bolla originale di Zaccaria peri, credo, nell incendio dell' Archivio del monastero di Teano dove i Casinesi ripararonsi fuggendo innanzi a Saracini ; ed altro non avanzo se non il sigillo di papa Zaccaria fatto incidere dal P. Tosti.... Ècce perche nel 1231 dissero i Casinesi da un canto, que l'antico filo da cui pendeva il sigillo erasi rotto ; e d'all' altro non affirmarono a papa, Gregorio IX di presentarsi essi con la Botta originale, alle mani, perche incendiata. Esibirono per avventura una copia, la quale sara stata quella medesima dell' undecimo secolo che si vede Tuttora in Monte Cassino, e que lo stesso P. Tosri confessa lealmente non deversi tenere per l'originale, come avea preteso il P. Abbate della Noce. »

 

 

159

 

il ne testait plus que le sceau, publié par D. Tosti dans son Histoire du Mont-Cassin. »

« Quant à la pièce aujourd'hui conservée au Mont-Cassin et si souvent éditée, elle n'est, d'après D. Tosti lui-même, qu'une copie du XIe siècle, et c'est cette même copie que présentèrent les Cassinésiens au pape Grégoire IX, en 1231. »

Après cet aveu, Troya essaie de prouver, par une foule de suppositions invraisemblables, que le texte de cette copie reproduit intégralement celui de l'original incendié. Léon d'Ostie nous fournit une solution beaucoup plus naturelle. Il nous raconte naïvement comment l'abbé Angelarius, de 884 à 889, ordonna à l'un de ses moines, nommé Maio, de reconstituer les principaux documents que l'incendie avait dévorés (1).

Ainsi, tout au plus pourrait-on~croire que la bulle originale de saint Zacharie, qui, de l'aveu de nos adversaires, fut détruite par ce sinistre, fut reconstituée de mémoire par le même archiviste. Il est inutile de faire observer qu'une pareille copie ne présenterait aucune garantie de véracité.

On a dit (2) : le pape Grégoire IX en a reconnu l'authenticité, en 1231.

Alors même que cette assertion serait exacte, ce ne serait assurément pas, nous l'avons déjà dit, une preuve infaillible au point de vue critique. Cela prouverait seulement que les clercs de la chancellerie romaine, très experts alors pour découvrir les signes de faux dans les bulles du XIIIe siècle, l'étaient beaucoup moins à l'égard des pièces d'une époque antérieure.

Mais heureusement la vérité est que les lettres confirmatives de Grégoire IX n'ont aucun rapport avec la question d'authenticité (3). Le Pape n'a pour but, il le dis expressément, que de

 

(1) Leon. Marsic. Chron., 1, 48. « Haec, inquit (Maio), omnia ego legi et in aliis cartis renovavi ex jussione ejusdetn abbatis Angelarii. »

(2) Tropa. loc cit., p. 304 : « I lievi dubbi del Cardinal (Baronio) sulla Bulla di Zaccaria sarreberro al tutto svaniti s'egli avesse veduto la Bollo originale di Gregorio IXe »

(3) Voici le texte de cette confirmation pontificale publiée par Tropa (loc. cit., p. 302-303) et par S. E. le Cardinal Burtolini ( loc. cit., p. 273), et dont Tosti n'avait donné qu'une traduction italienne (loc. cit., I, 82.) : « Gregorius - cum multa precum instantia devote ac humiliter, nuper postulastis a nobis ut bonae menioriae Zachariae Papae, praedecessoris nostri privilegium monasterio vestro concessum propter vetustatem ipsius; maxime cum filium cui Bulla adhaerébat pro majori esset parte confractum et alius formae foret ejusdem littera quam moderna, mandaremus sub Bulla nostra litteris annotari. Nos igitur eodem privilegio diligenter inspecto, nejus posset ejusdem monasterii deperire, privilegium illud praesentibus de verbo ad verbum annotari fecimus ad cautelam, apostolici favoris eipraesidium impendendo, ita quod per hoc, nihil plus juris accrescat eidem monasterio quam ei per dictum privilegium fuisset indultum; cum per id CONSERVARE JUS ANTIQUORUM NON NOVUM CONCEDERE INTENDAMUS.- Datum Laterani IV Idus Aprilis, pontificatus nostri anno quinto.»

 

160

 

garantir contre des revendications injustes, les droits antiques et incontestables de l'abbaye du Mont-Cassin. Mais ilneveut pas conférer au document une force et une autorité qu'il n'aurait pas en lui-même. Cette réserve est si insolite, qu'on doit y voir la volonté de ne pas toucher à la question d'authenticité.

Les expressions, privilegio diligenter inspecto de verbo ad verbum n'ont plus dès lors la signification qu'on leur a gratuitement attribuée. Elles signifient tout simplement que la pièce a été lue avec soin et reproduite avec exactitude, et que, par conséquent, lors même que l'exemplaire présenté viendrait à disparaître, la copie insérée dans la bulle de confirmation et dans le registre pontifical, pourrait, au besoin, en tenir lieu.

En sens inverse de Troya nous tirons cette conclusion si l'on avait examiné avec plus de calme cette bulle de Grégoire IX on n'y aurait pas vu un argument en faveur des prétentions casinésiennes.

Aussi bien il est invraisemblable que Grégoire 1X, en 1231, ait approuvé un document repoussé comme apocryphe en 1171, par son prédécesseur Alexandre III.

D. Gabriele Jannelli, chanoine de l'église cathédrale de Capoue, dans son livre intitulé : Sacra Guida della cathedrale di Capua (1), a publié une bulle de ce dernier Pontife dans laquelle celle de Zacharie est rejetée comme suspecte et non digne de foi (2). Ce jugement est fondé sur le mauvais style de la pièce, sur le peu d'ancienneté du parchemin et sur la mention de l'achat simoniaque d'une église. Cette dernière raison offre une difficulté qui n'est pas insoluble. Il n'est pas question, il est vrai, dans le texte présenté à Grégoire IX de ce contrat

 

(1) Cité par S. E. le Cardinal Bartolini (loc. oit., p. 287).

(2) Bartolini, loc. cit. : « Privilegium Zachariae, propter stilum dictaminis et corruptionem grammaticae artis et propter symoniacum contractum quem continebat, videlicet quod Ecclesiam venditam, quod de tam sancto viro nefas est credere, confirmasset : et propter pergamenum etiam, quod vix centum videbatur esse annorum, cum quadringentorum annorum, prout in cronicis habetur, spatium decurreret, quod idem Zacharias decessit.... suspectum et fide non dignum judicavimus... Datum Tusculani XIII Kalendas julii, Indictione IV, Incarnationis dominica; anno MCLXXI, Pontificatus domni Alexandri anno XII. »

 

161

 

simoniaque ; mais rien n'empéche de croire qu'il fit partie du texte présenté en 1171. On a pu le retrancher après cette époque et imiter un parchemin plus ancien, qui a trompé les clercs de la chancellerie pontificale en 1231 (1), lesquels, du reste, n'ont pas voulu trancher, on vient de le voir, la question d'authenticité.

Tous les autres caractères, nous allons le montrer, conviennent parfaitement à la bulle de Zacharie dont nous parlons, et on ne tonnait pas dans les archives du Mont-Cassin un autre privilège de ce Pape où soit mentionnée l'église de santa Maria in Cingla comme dépendant de cette illustre abbaye. Or, c'est à l'occasion de cette question de dépendance que fut prononcée la sentence d'Alexandre III.

Quoi qu'il en soit, il est du moins évident que la bulle de Zacharie, telle qu'elle nous a été conservée, renferme surabondamment des incorrections de langage contraires aux règles de la grammaire et de la chancellerie romaine en usage sous le pontificat de saint Zacharie. Nous ne dirons pas, quoique ce soit très vrai, qu'elle est d'une longueur démesurée; mais nous invitons nos lecteurs à constater qu'elle renferme des longueurs absolument insolites dans les lettres pontificales. Dans quel privilège authentique les Papes ont-ils raconté la vie d'un saint, ses visions, ses prophéties, l'histoire de ses oeuvres, les plus minutieux détails des donations faites au monastère (nous en avons supprimé des pages entières pour ne pas ennuyer le lecteur) et ces particularités intimes qui n'appartiennent qu'aux chroniqueurs?

Et que d'incorrections et d'incohérences de langage ! Le privilège, contrairement aux habitudes des Papes au VIIIe siècle, n'est pas adressé à l'abbé et à ses frères ou au convent du Mont-Cassin, mais à tous les enfants de l'Église catholique. Et cependant, oubliant ce début, le faussaire s'exprime en plusieurs passages comme s'il adressait la parole aux moines de l'archimonastère : « Concedimus VOBIS atque in perpetuum confirmamus, etc. » D'autre fois, au contraire, après avoir parlé du monastère (eidem monasterio), il emploie des expressions qui ne

 

(1) D. Tosti croit la copie qu'il a publiée de la fin du XIe siècle, mais on sait que l'étude de la paléographie de l'écriture lombarde est encore à faire. Même pour l'écriture ordinaire, il est parfois difficile de faire une distinction radicale et assurée entre le XIe et le XIIe siècle. Les faussaires habiles, nombreux alors (Innocentii III Epist. Lib. I. Epist. 235, 349; lib. X, epist. 44, 80, etc. etc.) pouvaient facilement imiter la forme d'une écriture plus ancienne. Pertz (apud Bartolini, loc. cit. p. 276) croyait la copie du XIIIe siècle. On voit que notre opinion ne nous est pas particulière.

 

 

162

 

conviennent qu'aux moines et à l'abbé. « ILLORUM desideriis utpote amabilium annuentes. » Une fois, il s'oublie jusqu'à parles comme un simple chroniqueur : Una cum episcopis adessem, au lieu d'adessemus. Le mot locus est répété à satiété et dans des sens que repousse le latin le moins chàtié. Le terme Ordo y est employé dans le sens de communauté ou d'ordre religieux, absolument inconnu au VIIIe siècle. En parlant de son prédécesseur Zacharie l'appelle communis Pater noster, expression inusitée en pareil cas, aussi bien que celle de parvitas nostra.

Ne disons rien du style ampoulé : « Verbe et exemplo coenobitale propositum appetentibus IN TOTO MUNDO sole clarius evibravit... Hujus Ordinis doctrina DE HOC iterum PER TOTUM ORBEM radiabit LOCO » ; mais comment expliquer cette phrase incohérente : « Pro reverentia TANTI LOCI QUI primum et summum monastice legislatorem vivum et mortuum in perpetuum retinere promeruit, QUIQUE ipsius lationem in eodem Casinensi coenobio scribens, verbo et exemplo evibravit? (1)

Dans la première partie QUI se rapporte à locus; dans la seconde à Benedictus, contrairement à toutes les règles du langage. Ailleurs, le Pape se range parmi les simples fidèles: « Quae A NOBIS ALIISQUE fidelibus concessa. »

Nous craindrions de lasser le lecteur en relevant toutes les fautes de ce genre accumulées dans cette pièce indigeste.

Les inexactitudes historiques n'y sont pas rares.

Les paroles que l'on met dans la bouche de Dieu tout-puissant (ou plutôt d'un ange, car il parle de Dieu tout-puissant comme d'une personne distincte), renferment une prophétie qui parait bien être une invention du faussaire. Saint Grégoire-le-le-Grand nous a conservé les détails de la célèbre vision de saint Benoît relative à l'avenir que Dieu réservait à son monastère.

 

(1) Ce passage démontre la fraude d'une manière toute spéciale. Il est emprunté mot à mot à une Bulle authentique d'Alexandre II publiée par D. Tosti (loc. cit. I, 423.) Mais, par le changement d'un seul mot, le faussaire a rendu la phrase incorrecte et le sens différent. Voici ce passage : « Pro reverentia tanti loci qui primum et summum monasticae legis latorem vivum et mortuum retinere promeruit (le faussaire a ajouté in perpetuum), quique ipsius legis lationem scripte (le faux Zacharie en changeant scripto en scribens et en ajoutant in eodem casinensi coenobio a détourné le sens qui s'applique toujours à loci), verbo et exemplo coenobiale propositum appetendo (le faux Zacharie : appetentibus) in toto mundo sole clarius vibravit. » Du reste, il suffit de comparer cette bulle d'Alexandre II avec celle du faux Zacharie pour se convaincre que celle-ci est en grande partie copiée sur celle-là, à quelques interpolations près. Le faussaire s'est également servi d'une bulle de Marin II publiée par Gattola (Hist. Cassin. I, 94.)

 

163

 

Mais il ne nous parle que d'une prédiction désolante et non pas d'un désastre qui devait être avantageusement réparé par une restauration splendide. Dans ce dernier cas, on ne concevrait pas pourquoi saint Benoît, après une pareille révélation, qui devain avoir, en définitive, un tel résultat, aurait paru inconsolable. Cette dernière partie de la prédiction, ajoutée au récit de saint Grégoire, est donc une prophétie faite après coup.

Aussi bien, le discours prêté à Dieu lui-même ne soutient pas l'examen. D'une part, Dieu défend à saint Benoît de se lamenter, parce que, dit-il, tout ce que Dieu a déterminé une fois est par là même irrévocable; et, d'autre part, il accorde à ses mérites, et sans doute à sa prière, la restauration future de son monastère. La prière peut donc quelque chose sur les décrets divins. SaintGrégoire l'enseigne formellement, en nous disant que saint Benoît obtint A GRAND'PEINE par ses larmes (1) que ses enfants fussent épargnés lors de la destruction de son oeuvre.

Mais la plus grave inexactitude se rapporte au récit de la restauration du monastère du Mont-Cassin. Paul Diacre atteste expressément (2) que ce fut le pape GRÉGOIRE II qui ENVOYA Pétronax au Mont-Cassin, et tous les critiques sont d'accord sur ce point. Le faux Anastase, et après lui Léon d'Ostie, crurent qu'il s'agissait de Grégoire III dans ce passage, parce que, dans le même chapitre, sans dire un mot de ce dernier Pontife, l'historien des Lombards parle du Pape saint Zacharie.

Les Italiens ont voulu justifier Léon d'Ostie de cette méprise; mais elle est manifeste (3). Or l'auteur de la prétendue bulle de Zacharie répète l'erreur de Léon d'Ostie, qu'il a copié servilement : « A REVERENTISSIMO Gregorio tertio paedecessore nostro directus. »

Évidemment le vrai pape Zacharie ne pouvait confondre les actes de Grégoire III avec ceux de Grégoire II.

 

(1) S. Gregor. Magn. Dialog. lib. II, cap. XVII : « Vix autem obtinere potui, ut mihi ex hoc loco animae concederentur »

(2) Paul. Diac. Hist. Langob., VI, 40; « Petronax... divino aurore compunctus, Romam venit HORTATUQUE tunc Gregorii Apostolicae Sedis Papae huc Cassinum castrum PETIIT »

(3) Il se sert presque des mêmes expressions que Paul Diacre. Leon. Marsican. Chron., 1,4: « Ut Petronax... divine afflatus amore, Romam venisset, quem reverentissimus tertius Papa Gregorius... admonuit ut hoc Casinum peteret... Quo annuente, IDEM venerabilis Pontifex.... direxit.... Insequenti tempore, sanctissimus Papa Zacharias, qui Gregorio successerat. » Tout lecteur impartial avouera que Léon d'Ostie a commis son erreur en se permettant de changer ses expressions Apostolicae sedis Papae, dans le texte qui lui servait de guide.

 

164

 

Aussi bien, le mensonge éclate presque à chaque phrase de ce document. Est-ce que saint Benoît menait encore la vie érémitique (dum vitam eremeticam duceret) lorsqu'il alla fonder le monastère du Mont-Cassin? Est-il vrai que l'institut cénobitique a pris sa source au Mont-Cassin : « Ac cœnobialem institutionem quae INDE PRINCIPIUM SUMPSERAT » ?

Est-il plus exact de dire que le pape Zacharie a donné des domaines (possessiones) à l'abbaye restaurée? Paul Diacre et Léon d'Ostie parlent bien (1) de choses utiles au monastère, mais nullement de propriétés.

Et cette donation de sept mille esclaves faite à saint Benoît par le père de saint Placide, n'est-ce pas un emprunt fait au faux Anastase?

Carlo Troya lui-même (2) la croyait invraisemblable. Prétendre avec ce savant Napolitain que le pape Zacharie, en parlant de sept mille esclaves, s'est fait l'écho de la tradition populaire qui avait exagéré la donnée vraiment historique consignée dans l'acte original, c'est prêter au Souverain Pontife et à Petronax un rôle indigne de leur caractère.

Les signes de faux ne sont pas moins manifestes dans l'énoncé des privilèges que le Pape est censé accorder à l'abbé et même aux moines du Mont-Cassin.

Assurément, nous n'avons pas la pensée de révoquer en doute la réalité et l'antiquité des privilèges de l'archimonastère. Mais quiconque est tant soit peu versé dans l'histoire de la discipline monastique sait que les privilèges des abbés et l'exemption des monastères n'ont pas eu, à l'origine, toute l'extension qu'ils ont eu au Xe et surtout au XIe siècle. Un document qui représente un Pape du VIIIe siècle concédant des privilèges qui n'ont été en vigueur qu'au XIe, et qui même sont inouis dans l'histoire monastique, est par là même marqué d'un caractère indélébile de mensonge. Or voici quels sont les droits dont saint Zacharie, si

 

(1) Paul Diac. loc. cit. : « Deo dilectus Zacharias plura adjutoria contulit, libros SCILICET sanctae Scripturae et alia quoque que ad utilisatem monasterii pertinent. » - Léon. Marsic., loc. cit.: « Diversa etiam ad ecclesiasticum ministerium ornamenta, nonnulla quoque ad diversas utilitates monasterii pertinentia. » Le faussaire a changé le mot pertinentia en possessiones.

(2) Troya, loc. cit., p. 318 : « lo non credero mai, che si fosse fatto a san Benedetto. e che S. Benedetto avesse accettato il dono di settemila servi... E Petronax pote prestar fede alle tradizioni che aveano dovuto naturalmente ingrandir lanotizia d'una donazione, onde sera smarito l'originale. » En effet ces sept mille serfs sont empruntés aux supercheries du faux Anastase.

 

 

165

 

l'on en croit la bulle qui porte son nom, aurait favorisé l'abbaye du Mont-Cassin :

Droit pour Petronax et ses successeurs d'occuper le premier rang parmi les abbés dans toutes les assemblées des évêques et des princes (1).

Ce privilège, en 742, renferme à la fois une invraisemblance et une erreur historique.

Il ne faut pas oublier qu'à cette date l'abbaye était à peine relevée de ses ruines et peuplée de religieux sortis du monastère du Latran, qui continua à subsister, comme l'a prouvé Gattola (2). Il est dès lors invraisemblable que le pape Zacharie ait voulu assigner le premier rang au Mont-Cassin au détriment des plus anciennes et des plus illustres abbayes du monde entier, sans en excepter l'Orient.

L'assertion n'eût pas été acceptable, lors même qu'elle se fût bornée à parler des abbés de l'Ordre bénédictin; dans sa teneur elle est absurde.

Il y a plus. Au milieu du vine siècle, les assemblées mixtes composées de princes et d'évêques étaient encore inconnues, surtout en Italie. Ce n'est qu'au IXe siècle qu'elles furent inaugurées par les Carolvingiens. Comment le pape Zacharie, en 742, pouvait-il parler d'une institution politique qui n'existait pas encore?

En outre, au XIe et au XIIe siècle, les abbés occupaient un rang distingué dans les assemblées conciliaires; ils avaient même voix délibérative dans les conciles oecuméniques; en 742, leur rôle était encore subordonné (3). Cependant le faussaire ne se contente pas du terme corroboramus, employé dans la bulle d'Alexandre II, où il a copié ce passage; il ajoute celui de confirmamus, afin d'insinuer que ce prétendu privilège était déjà ancien.

Mais pousuivons. Sans doute, au VIIIe siècle, la faveur de relever directement de la juridiction du Saint-Siège était déjà en vigueur. Néanmoins, elle n'excluait pas tous les droits épiscopaux, notamment ceux qui concernaient la distribution du saint chrème et surtout elle ne s'étendait guère au-delà des limites du monastère. Or, d'après le texte que nous étudions, non seulement

 

(1) Constatons que ce passage est encore copié sur la bulle d'Alexandre II. (Tosti, loc. cit.) : « Praeterea corrobamus tibi tuisque successoribus in omni conventu episcoporumet principum superiorem omnibus abbatibus sedere. « La bulle de Marin II ne concède pas encore cette place d'honneur à l'abbé du Mont-Cassin.

(2) Gattula, Hist. monast. Cassin., I, 20.

(3) Thomassin, Vetus et nova Ecelesiae disciplina, lib. I, cap, XV, nis 5 et 8.

 

166

 

l'abbaye ( coenobium) doit avoir la prééminence sur tous les monastères construits ou A CONSTRUIRE DANS LE MONDE ENTIER (même en Orient) (1); mais encore dans toutes les celles du monde entier dépendant dudit monastère, nul évêque, excepté le Pape, ne pourra célébrer la messe, à moins d'y être invité par ,abbé ou le prieur du lieu » (2).

Une pareille exemption n'appartient pas au VIIIe, mais au Xe siècle au plus tôt.

Il faut en dire autant du privilège (3) de n'être pas contraint d'assister aux synodes diocésains, de tenir des assemblées d'abbés ou de prieurs, etc. Ce dernier usage était inconnu au VIIIe siècle, les congrégations ou les Ordres religieux dans le sens moderne étant une institution plus récente. D'ailleurs de tels privilèges pouvaient-ils s'appliquer à un monastère à peine restauré?

Nous nous contentons de ces observations, bien qu'elles ne soient pas les seules à relever dans ce document manifestement apocryphe. Ajoutons néanmoins cette remarque importante. S'il avait existé au XIe siècle, le moine Adam n'aurait pas dû l'ignorer. D'où vient qu'il se livrait à des doutes si poignants au sujet de la présence du corps de saint Benoît au Mont-Cassin, avant sa vision? Pourquoi l'abbé Oderisius ne s'appuyait-il pas sur cette bulle pontificale dans sa lettre aux moines de Fleury? A l'époque où il écrivait, la bulle de Zacharie, si elle existait, ne renfermait donc pas encore le passage relatif au corps de saint Benoît resté intact dans son tombeau du Mont-Cassin?

Et, en effet, quoi qu'il en soit de la question de savoir s'il a existé ou non un bulle de saint Zacharie, nous sommes convaincu que le texte actuel est l'Oeuvre de Pierre Diacre.

En voici la preuve : Cette bulle a été composée par un homme qui avait en main les archives du Mont-Cassin la souscription le démontre :

 

(1) Ce privilège est absent, non seulement de la bulle de Marin II, mais encore de celle d'Alexandre II. Il est donc de l'intention du faussaire.

(2) Ce privilège, moins la mention du monde entier, se trouve dans dans la bulle de Marin II ( loc. cit.) : Nullius alterius Ecclesiae jurisdictionibus submittatur... Ideo omnem cujuslibet ecclesiae sacerdotem in praefatis monastereiis dicionem quamlibet habere prohibemus, ita ut, nisi ab abbate monasterii fuerit invitatus, nec missarum solemnitatem praesumat celebrare omnimodo; sed a praesenti secunda indictione irrevocabiliter inperpetuum stabilimus detinendum et cum Dei timore regendum, etc. »

(3) « Nullus episcopus in jamdicto Casinensi coenobio et in omnibus ejus cellis per totum orbem terrarum constructis sacerdotem excommunicet, cel ad synodum provocet. Simili etiam modo licentiam damus eidem dilecto filio ejusque posteris abbatibus monachorum synodum congregandi. »

 

167

 

Répétons-la : « Ecrit de la main de Léon notaire et régionaire et archiviste DE LA TRÈS CHÈRE (quelle épithète ! absolument insolite en diplomatique) Eglise romaine... Daté par la main de Benoît, évêque de la sainte Eglise de Selva Candidaet bibliothécaire du Saint-Siège apostolique. »

Or ces deux personnages, inconnus au VIIIe siècle (1), ne sont pas autres que ceux qui figurent également ensemble ET ABSOLUMENT AVEC LES MEMES TITRES ET DANS LES MEMES TERMES, dans une bulle du pape Marin II, en date du 21 janvier 944, par laquelle ce Pontife confirme les possessions et les privilèges du Mont-Cassin (2).

Le faussaire avait évidemment cette bulle authentique sous les yeux; car il l'a fait entrer presque en entier dans son texte interpolé. En comparant les deux bulles, on voit que celle de saint Zacharie n'est qu'une mauvaise contrefaçon de celle de Marin II (3).

Mais, les preuves multipliées que nous venons d'apporter seraient-elles sans valeur, que la prétendue bulle de Zacharie n'en serait pas moins condamnée par la science diplomatique.

Créée par le génie de Dom Mabillon à la fin du XVIIe siècle, développée par les auteurs du Nouveau Traité de diplomatique, cette science a fait de nos jours d'immenses progrès, grâce aux travaux des savants français et allemands. On est arrivé, notamment, à préciser les signes qui caractérisent le style de la chancellerie pontificale aux diverses époques de l'histoire. C'est là un fait acquis, qu'on ne peut nier, sans encourir justement le reproche d'ignorance.

Or trois points principaux ont fixé l'attention des savants diplomatistes dans les lettres des Papes : la forme du salut, au

 

(1) Ughelli (Italie sacra, I, 91) n'a mentionné Benoît au VIIIe siècle, que sur la foi de cette bulle. Toutefois, il fait observer que le siège de Selva Candida était occupé en 742 et en 744, par Theophanius et Epiphanius (Mansi, Concil. XII, 367, 380) dont il fait un seul et même personnage.

(2) Jaffé. Regesta, p. 316, 317. Gattula, Hist. Casin., I, 94.

(3) Le faussaire a imité si servilement son modèle, qu'il est tombé pour cela dans une bévue grossière. La bulle de Marin II porte : Scriptum - In mense Januario per Indictionem suprascriptam secundam.- Data XII Kal. Februarii - annoi Deo propitio, pontificatus Domini nostri Marini summis Pontificis, etc., secundo, in mense januario, Indictione secunda. - Le faux Zacharie dit: « Scriptum - in mense januario per indictionem suprascriptam primam - Datarum XII Kal. marciarum - anno, Deo propitio, pontificatus Domini nostri Zachariae summi pontificis, etc., - primo, IN MENSE MARTIO, Indictione suprascripta prima. » Parce que dans son modèle l'indiction seconde correspondait à la seconde année du pontificat; il s'est imaginé que, de même pour Zacharie, l'indiction première devait correspondre à la première année du pontificat. De plus, par un oubli étonnant, il a cru que XII Kal. martiarum appartenait au mois de mars.

 

168

 

commencement; la mention du scribe et du dataire, et la date elle-même, à la fin. Jaffé est parvenu, le premier, à préciser l'époque où les Papes ont commencé à mentionner l'année de leur pontificat, et les noms du scriniaire et du dataire.

 

« Adrien Ier, dit-il (1), dans le courant de son pontificat, employa un nouveau mode d'indiquer la date des lettres pontificales. En effet, après avoir encore, le 22 avril 77 mentionné l'année de l'empereur grec, selon l'usage de ses prédécesseurs (2), par un changement subit, qui n'a pas cessé depuis, il commença, le 1er décembre 781 à dater en indiquant et l'année de son pontificat et par les mains de qui ses lettres étaient écrites et datées. »

Quant au salut: salutem et apostolicam benedictionem,il est encore plus moderne; il est, désormais acquis à la science qu'on ne le rencontre pas, en ces termes, avant la fin du Xe siècle (3).

 

D. Mabillon (4) et après lui, les savants diplomatistes (5), avaient hésité sur ce point de critique. Une découverte récente de M. Léopold Delisle, administrateur général de la bibliothèque nationale de Paris et le plus éminent paléographe de notre temps, a définitivement tranché la question, et a donné clairement raison à la perspicacité de Jaffé.

 

Les hésitations de D. Mabillon étaient principalement fondées sur deux bulles écrites sur papyrus, qu'il n'avait pas vues, il est vrai, de ses yeux, mais dont on lui avait envoyé le fac-simile, reproduit dans son traité De re diplomatica (6). Conservées dans les archives de l'abbaye de Saint-Benigne de Dijon, examinées, vidimées et reconnues authentiques, le 12 janvier 1663, par Philibert de la Mare, conseiller au Parlement de Bourgogne,

 

(1) Jatfé, Regesta, p. 203: « Novam temporis tabularum indicandi rationem Hadrianus, procedente pontificatu, ascivit. More enim tralaticio quum etiam litteris die 22 April. 772 exaratis, Graecorum imperatorum annos (id quod postea accidit nunquam) subiunxisset, mutatp ritu, annotare jam die I Dec. 781 inceperat, tum quibus pontificatus sui annis, tum quorum per manus et scriptae et datae essent. »

(2) Toutes les lettres des Papes, au VIIIe siècle, n'indiquent pas le nom de l'empereur, mais toutes s'abstiennent de remplacer cette indication par celle de l'année du pontificat. Cette règle diplomatique démontre la fausseté de plusieurs autres bulles.

(3) On le rencontre dans une bulle de Benoît VII du mois d'avril 979. (Jaffé. loc. cit., p. 334:, D. Bouquet, IX, 246. Coquelines, Bullar. roman., I, 278.)

(4) D. Mabillon, De re diplomalica, lib. II, cap. XIII, n° 5; cap. XXV, p. 181, et Corollarium, p. 125, 436, 622.

(5) Nouveau Traite de diplom. t. V, p. 145. - Natalis de Wailly, Eléments de paléographie, t. I, p. 173, 175, note 1.

(6) D. Mabillon, loc. cit. p. 437.

 

169

 

elles avaient été l'objet de discussions et d'appréciations en sens contradictoire (1).

Elles paraissaient être des papes Jean V et Sergius Ier (2); elles contenaient l'une et l'autre le salutem et apostolicam benedictionem, et étaient datées per manus Joannis bibliothecarii, la première de la première année (685) du pontificat, du pape Jean V, la seconde de la dixième année (698) du pape Sergius. Mais ces dates étaient en désaccord avec les indictions marquées.

Les défenseurs de l'authenticité de ces deux bulles cherchaient à expliquer de diverses manières ces notes discordantes. D. Mabillon, fort de ce double exemple, concluait (3) : « qu'on avait bien tort de reculer jusqu'au XIe siècle le premier emploi de la formule : salutem et apostolicam benedictionem. » Marino Marini, de son côté, s'appuyait sur ladite bulle de Jean V pour défendre l'opinion de Mabillon.

« Jaffé, continue M. Léopold Delisle, a condamné les deux anciennes bulles de Saint-Benigne ; il les a classées parmi les literae spuriae (4). C'est la meilleure place qu'on puisse leur assigner. En effet, dans l'une et dans l'autre, l'indiction ou l'année du pontificat est fautive; toutes les deux sont expédiées par un bibliothécaire et datées de l'année du pontificat; toutes les deux renferment la formule : « salutem et apostolicam benedictionem. » Comment supposer que tant d'irrégularités et d'anomalies puissent se rencontrer à la fois dans deux bulles émanées de deux pontifes différents ? Comment n'y pas voir la main d'un faussaire, qui ne se doutait pas que les usages du IXe siècle n'avaient rien de commun avec ceux du VIIe ? « Telle était l'opinion que j'émettais en 1867 (5). Je n'avais vu alors aucun des papyrus soumis par les religieux de Saint-Benigne à la critique de Philibert de la Mare. »

Ainsi parle M. L. Delisle.

Ce n'est pas le lieu de raconter comment ce savant paléographe découvrit la fraude cachée sous ce dehors d'antiquité; comment un moine de Saint-Benigne, probablement au XIe siècle, avait

 

(1) Voir les diverses opinions des savants sur ces deux bulles dans le volume de M. L. Delisle publié sous ce titre : Mélanges de paléographie et de bibliographie, Paris. Champion 1880. 1 vol. in-8°, p. 45-46.

(l) Delisle, loc. cit., p. 44.

(3) D. Mabillon, loc. cit. p. 436.

(4) L. Delisle. loc. cit., p. 47.

(5) Bibliothèque de l' Ecole des Chartes VIe, série, t. III, p. 456-466.

 

 

170

 

coupé en deux une bulle authentique du pape Jean XV, datée du 26 mai 995, après avoir essayé d'en faire disparaître la trace par un grattage heureusement insuffisant, et avait écrit sur le verso de chaque fragment les deux bulles prétendues de Jean V et de Sergius Ier, en reproduisant d'une manière quelconque le style et l'écriture lombarde de celle qu'il avait détruite (1).

Ce qu'il nous importe de constater, c'est la conclusion pratique de cette découverte.

Les règles diplomatiques relatives à l'emploi de la formule salutem et apostolicam benedictionem, de l'année du pontificat et du nom du scriniaire ou du bibliothécaire, ne souffrent plus désormais d'exception. Or la bulle prétendue de saint Zacharie renferme tous les défauts de celles de Jean V et de Sergius Ier : contradiction entre l'année du pontificat et l'indiction, souscription du scriniaire et du bibliothécaire, année du pontificat, formule : salutem et apostolicam benedictionem, aggravée par le mot Papa joint à Episcopus.

Il est donc impossible de réunir en une seule pièce plus de preuves évidentes et irrécusables de fausseté.

Le lecteur nous pardonnera la surabondance de cette démonstration; l'importance que les Cassinésiens ont attachée, depuis trois siècles, à cette bulle, nous faisait une nécessité de la réduire à sa juste valeur.

Ils invoquent encore contre nous une bulle de Benoît VIII tout aussi peu digne de foi.

Le Pontife y est censé confirmer de son autorité apostolique tout ce qui est raconté dans la légende de saint Henri, dont nous avons précédemment parlé.

Comme nous avons amplement prouvé l'invraisemblance, tout au moins, des circonstances dramatiques dont ce fait a été orné par le chroniqueur du Mont-Cassin, la lettre en question reproduisant ces circonstances devient dès lors fort suspecte.

Elle renferme, du reste, tous les caractères des bulles apocryphes, ainsi que l'ajustement remarqué Philippe Jaffé (3). C'est une sorte de charte-notice, racontant dans les plus minutieux détails,

 

 

(1) Voir dans le livre cité de lit. L. Delisle la démonstration de cette supercherie que l'on peut vérifier en se procurant l'atlas, joint au volume dans lequel on voit reproduit par l'héliogravure, le grattage du papyrus, les lignes qui restent de la bulle de Jean XV et la fausse bulle de Sergius I.

(2) Jaffé, loc. cit. p. 948.

 

171

 

empruntés mot pour mot à la Chronique de Léon d'Ostie (1), la vision et la guérison de saint Henri Ier. Pèlerinage du saint empereur, doute sur la présence corporelle de saint Benoît au Mont-Cassin, apparition du saint patriarche et son discours, récit détaillé de sa guérison, discours du prince aux moines réunis au chapitre, ostension des trois pierres enlevées par saint Benoît de la vessie du monarque (le premier récit ne parle que d'une seule pierre), énumération de tous les dons offerts à cette occasion à l'archimonastère : rien n'y manque.

Le Pape ajoute : « Quapropter ego qui supra Benedictus episcopus, servus servorum Dei, una cum praedicto imperatore, etc. »

Ainsi, la formule initiale des lettres apostoliq

Nos coups de coeur

Livraison offerte

Frais de Port offert
Frais de transport offert dès 59 €

Accueil téléphonique

téléphone : 04 90 90 26 52
à partir de 9h
04 90 90 26 52

Satisfait ou remboursé

7 jours pour changer d'avis
Acheter en toute sérénité, vous avez 7 jours pour changer d'avis.

Paiement avec le LCL

Paiement CB avec le LCL et PAYPAL

Paiement par chèque

chèques et mandats cash acceptés
Notre boutique accepte les chèques et mandats cash


  • Saint Benoit Saint Zacharie et Benoît VIII | Boutique de la Statue Religieuse Chrétienne